Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

Comment nourrir 7000000000 d'êtres humains?

Comment nourrir sept milliards d'hommes?Une femme devant un panneau annonçant symboliquement que la population mondiale est passée à 7 milliards le 31 octobre 2011 à New York

Une femme devant un panneau annonçant symboliquement que la population mondiale est passée à 7 milliards le 31 octobre 2011 à New York Emmanuel Dunand afp.com

DEMOGRAPHIE - Alors que la population de la Terre a passé le cap des sept milliards d'habitants il y a deux mois, les craintes d'une pénurie alimentaire mondiale se réinvitent au menu. Nous vous proposons de découvrir les dernières publications sur le sujet...

Une publication optimiste

9 milliards d’hommes à nourrir – Un défi pour demain , Marion Guillou et Gérard Matheron, François Bourin Editeur, 2011. 432 pages, 22€

Un essai où les grands enjeux alimentaires sont abordés par thème dans dix chapitres.

La planète comptera neuf milliards d’habitants en 2050, selon les prévisions des démographes. Le défi alimentaire sera certes quantitatif, mais également qualitatif. Il s’agit dès à présent de penser à mieux nourrir les habitants de la Terre tout en respectant la biodiversité. Cet ouvrage porte à la connaissance du grand public les réflexions des responsables des deux principaux instituts agronomiques français, l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) et le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). Au niveau individuel, ils nous apprennent que nous pouvons déjà adopter une alimentation saine et équilibrée, et éviter le gaspillage afin de préserver l’avenir alimentaire de nos petits-enfants.

 Une publication pessimiste

La Faim du monde - L’humanité au bord d’une famine globale, Hugues Stoeckel, Editions Max Milo, 2012. 320 pages, 16€

Un essai où les grands enjeux alimentaires sont abordés par thème dans six chapitres.

«La Faim du monde» que nous promet l’auteur va-t-elle aboutir à la fin du monde que nous prédisent les Mayas pour décembre 2012? Une chose est certaine, nous allons avoir faim, mais pas tout de suite. Il nous faudra attendre 2100, lorsqu’il n’y aura presque plus de pétrole ni de gaz qui «ont permis tout à la fois de booster les rendements grâce aux intrants chimiques de synthèse, et de remplacer la force de travail humaine et animale par des machines très efficaces.» Pour l’auteur, un écologiste militant depuis les années soixante-dix (membre des Verts, d’Attac et d’Alsace Nature), notre salut passe nécessairement par le contrôle des naissances. «Le loup limite sa reproduction au seul couple dominant de la meute pour ajuster ses effectifs aux ressources disponibles» justifie l’auteur. Ce dernier cite d’autres exemples issus du monde animalier pour appuyer le retour des thèses malthusiennes.

 Deux publications alternatives

Pour une alimentation durable, Inra et Cirad, Editions Quae, 2011. 288 pages, 32€

Un essai où les grands enjeux alimentaires sont abordés par thème dans dix chapitres écrits par plusieurs chercheurs.

Comment nourrir toute la planète de manière durable? 125 experts de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) et du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) ont été mobilisés de novembre 2009 à juin 2011 pour répondre à cette question, quitte à bousculer les discours communément admis. «La vision selon laquelle les produits végétaux sont bons pour la santé et l’environnement alors que les produits animaux seraient à la fois mauvais pour l’environnement et la santé apparaît simpliste et nécessite d’être reconsidérée. […] Pour diminuer l’impact carbone de l’alimentation, une voie majeure serait une réduction de la consommation de calories ingérées, indépendamment des familles d’aliments concernés» expliquent Nicole Darmon et Louis-George Soler, deux scientifiques ayant participé à l’étude. L’ouvrage explore également les différents systèmes alimentaires qui permettent de nourrir la planète. Il prône par exemple le développement de «l’ancrage territorial des productions alimentaires et [des] indications géographiques», alors que l’agriculture biologique et le commerce équitable font l’objet d’un «bilan contrasté». Toute une révolution!

 Circuits de proximité à dimension sociale en Agriculture Biologique, Recueil d’expériences innovantes, Fédération Nationale d’Agriculture Biologique des régions de France, 78 pages.

Téléchargement gratuit ici: www.fnab.org/images/files/Se%20former%20s%20′informer/Nos%20publications/Recueil-CPAB.pdf

Une enquête qui fait la part belle aux témoignages à treize acteurs du bio de proximité.

Ce recueil d’expériences montre que les produits biologiques sont également accessibles aux personnes des catégories les plus modestes. Treize initiatives locales et citoyennes sur le territoire français sont présentées. Il s’agit de projets de circuits courts à caractère social et de projets qui développent des partenariats avec des collectivités territoriales. Ils possèdent tous des caractéristiques différentes : situation géographique et contexte démographique, ancienneté, appartenance ou non à des réseaux de développement des circuits courts (réseau FNAB, réseau Cocagne, réseau Miramap [mouvement interrégional des Amaps), systèmes par abonnement, vente au détail, associations, coopératives, chantiers d’insertion, etc. Les futurs acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire y trouveront une mine d’informations.

Le passage à 7 milliards de terriens avec Yann Arthus-Bertrand 



18/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres