Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

Décennie africaine des femmes

Lancement de la Décennie africaine des femmes: droits des femmes doivent top ordre du jour décennie

Lien vers le regard de l'éditorial publié dans The Standard, Nairobi, Kenya

Discrimination à l'égard des femmes demeure fermement établi en droit et en pratique dans la majorité des pays africains.

Les femmes se voient refuser l'égalité des droits à l'héritage, et la garde des enfants, ils ont un accès limité à l'éducation, de soins de santé et de la politique, elles subissent des violences sexuelles et domestiques, sont soumis à des pratiques traditionnelles néfastes et la lutte pour obtenir l'accès à la justice.

La situation est alarmante et intolérable. Il appelle à une action.

"African Women's Decade», lancé par l'Union africaine à Nairobi du Octobre 10 à 15, ne pourra être véritablement avoir un impact si elle peut se traduire par des promesses répétées au cours des 15 dernières années, de Dakar à Pékin, en action.

Nous tenons à le renommer «Décennie d'action pour les droits des femmes en Afrique". «Action» et «droits», les mots clés pour un programme menant à un changement concret. les engagements des Etats n'ont pas de substance jusqu'à ce qu'ils soient mis en œuvre par des lois efficaces de protection des droits des femmes.

Alors que nous nous félicitons que ces questions sont placées sur l'agenda politique, nous soulignons que le succès de cette initiative ne peut être mesurée à des résultats tangibles. Les gouvernements - en commençant par le gouvernement du pays hôte de cette initiative - doit abolir toutes les lois discriminatoires, l'interdiction de toutes les formes de violence contre les femmes et veiller à ce que le mot «égalité» devienne une réalité.

Ces demandes ont été exprimées par les femmes à travers l'Afrique et les organisations de la société civile depuis des années.

La campagne "L'Afrique pour les droits des femmes», aux côtés de nombreuses autres initiatives, souligne la nécessité pour le béton réformes législatives visant à améliorer l'accès à la justice, l'éducation, les soins de santé, l'emploi, la terre et l'héritage.

Les réformes du droit sont nécessaires pour permettre aux femmes de participer pleinement à la vie publique et politique. Ils sont nécessaires pour assurer la poursuite et la sanction des auteurs de violences sexuelles.

Elles sont nécessaires pour protéger les femmes en période de conflit, conformément à la Résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité, qui célèbre cette année son 10e anniversaire. Ces réformes sont indispensables et urgentes.

Tous les plus urgentes au regard des risques réels de la régression. L'exemple du Mali, où les amendements proposés au projet de Code de la famille vont à l'encontre du principe même de l'égalité des sexes, ne nous donne pas à l'optimisme.

En tant qu'hôte de cette initiative, le gouvernement kenyan doit prêcher par l'exemple, en adoptant deux instruments essentiels pour la protection des droits des femmes en Afrique: le Protocole de Maputo - qui a été récemment approuvé par le Parlement du Kenya - et le Protocole facultatif à la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.

Le gouvernement kenyan doit également prendre des mesures urgentes pour abolir la famille et les lois sur la propriété, et lutter contre la violence domestique. Il doit assurer l'accès des femmes à l'éducation et la santé, la promotion de leur représentation politique, et de garantir l'égalité des droits à la terre.

Cette initiative doit encourager la participation active des organisations de la société civile et doivent faire du respect des droits des femmes la priorité.

Les gouvernements doivent avoir des ambitions sur une échelle en rapport avec les attentes de millions de femmes africaines. Il est temps d'agir.

Les auteurs sont: Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des droits de l'homme; Soyata Maiga, Rapporteur spécial sur les droits des femmes; Muthoni Wanyeki, directrice exécutive de la Commission kenyane des droits de l'homme; Moussa Diop, Femmes Africa Solidarité; Kafui Adjamagbo-Johnson, Les femmes dans Droit et Développement en Afrique

SIGNEZ LA DECLARATION / SignEZ LA DECLARATION

English version

DECLARATION DE CAMPAGNE

Pour être signée par tous: les individus et organisations, en Afrique et ailleurs ... faire circuler le plus largement possible et de saisir les signatures en ligne.

WE, Les soussignés nationaux, régionaux et internationaux relatifs aux droits de l'homme et les organisations des droits des femmes et des particuliers, présents dans toute l'Afrique et le monde

INTERESSE PAR:
-Persistance de la discrimination généralisée et la violence contre les femmes: Dans la majorité des pays africains la discrimination demeure ancrée en droit et en pratique: les femmes se voient refuser l'égalité des droits à l'héritage, la propriété, la garde et la tutelle des enfants, et doivent se soumettre à leurs maris. Les femmes ont un accès inégal et limité à l'éducation, la santé, la justice et des affaires publiques.

La violence continue d'être perpétrés contre les femmes dans les sphères publiques et privées. Dans l'ensemble du continent les femmes continuent à souffrir de violences domestiques et sexuelles, les pratiques traditionnelles nocives, telles que les mutilations génitales féminines, les rites de veuvage, le lévirat, mariage précoce et forcé. Dans un certain nombre de pays, l'escalade récente de violence politique a particulièrement ciblé les femmes. En période de conflit armé, les femmes sont souvent les premières victimes, avec la violence sexuelle utilisée comme arme de guerre.

-faible adhérence aux femmes régionaux et internationaux de protection des droits de l'homme instruments: Le droit international oblige les Etats à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à la discrimination et garantir le respect des droits humains des femmes. Cependant, si presque tous les Etats africains ont ratifié la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), 8 Etats ont émis des réserves à la présente Convention, qui portent atteinte au principe même de non-discrimination, et 35 États n'ont pas ratifié son Protocole facultatif, qui permet aux femmes toute personne de demander réparation pour les violations. De plus, 5 ans après son adoption, 28 Etats n'ont toujours pas ratifié le Protocole à la Charte africaine des Droits Humains et des Peuples relatif aux droits des femmes en Afrique.

- L'échec des Etats à procéder aux réformes juridiques et politiques nécessaires pour mettre fin à des violations des droits humains des femmes: Même les États qui ont adhéré à ces instruments n'ont pas encore réussi à prendre les mesures nécessaires pour assurer leur mise en œuvre. États continuent à maintenir des lois directement ou indirectement discriminatoires à l'égard des femmes et ne parviennent pas à adopter une législation et des politiques visant à protéger les femmes contre la violence et la discrimination. Lorsque de telles lois existent, les violations sont souvent impunis et l'impunité prévaut. Insuffisance des efforts sont faits pour sensibiliser sur les droits humains des femmes et garantir l'accès à une justice indépendante et impartiale. De nombreux Etats ne respectent même pas l'obligation de soumettre des rapports périodiques sur la mise en œuvre des instruments internationaux et régionaux, ce qui reflète un sérieux manque d'engagement à protéger et promouvoir les droits humains des femmes.

RECONNAISSANT:
- La nécessité d'une mobilisation: Toutes les organisations de la société civile, les ONG des droits humains et les organisations des droits des femmes, doivent travailler ensemble pour combattre la discrimination et la violence contre les femmes, qui nuisent à des sociétés entières et des générations futures.

RÉITÉRONS que les gouvernements nationaux ont la responsabilité première d'assurer le respect des droits humains des femmes. culture, la tradition et la religion ne peut être invoquée pour justifier des violations des droits humains des femmes. L'élimination de la discrimination et la violence contre les femmes est avant tout une question de volonté politique;

DIT lancer une campagne de mobilisation de tous les acteurs africains et internationaux pour la réalisation de l'égalité entre les sexes et les droits humains des femmes en Afrique;

INVITENT Etats africains à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits humains des femmes, y compris les civils, politiques, droits économiques, sociaux et culturels, et en particulier à:

  • Ratifier sans réserves le Protocole à la Charte africaine des Droits Humains et des Peuples relatif aux droits des femmes en Afrique, la CEDAW et le Protocole facultatif à la CEDAW;
  • Mettre la législation nationale en conformité avec les dispositions de femmes régionaux et internationaux de protection des droits de l'homme instruments, en abolissant les lois discriminatoires et en adoptant des lois pour protéger les droits humains des femmes;
  • Mettre en place toutes les mesures nécessaires pour assurer l'application effective de ces lois.

INVITENT tous les acteurs nationaux, régionaux et internationaux à participer à la campagne afin que, ensemble, nous pouvons parvenir à l'égalité entre les sexes et le plein respect des droits humains des femmes.



15/10/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres