Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

Ecrire, écrire pour ne pas mourir…

 

Ecrire, écrire pour ne pas mourir

La mort physique n’est peut-être pas la pire

Quoique je ne n’en puisse encore rien dire !

Cependant des êtres chers sont déjà partis

 

Partis et pourtant tellement présents

Non la mort physique n’est pas la pire

Quand le moral s’épuise a chercher des raisons

A la déraison, à l’obscurantisme, aux ombres portées.

 

Ecrire pour conserver quelque chose de l’espérance

Rattraper une part de l’innocence

Semée aux premiers jours, à l’aube naissante

Au cri qui s’arrache à la vie, première douleur inconsciente

 

Chercher les mots qui soutiennent un souffle

L’expression qui ranime une voix… ou une voie…

Un vers qui rapproche le néant d’un tout vivant

Une mélodie sans musique qu’emporte le vent

 

Écouter la vie et lui donner sens

Murmurer l’histoire inscrite au fils des semaines

Découper le temps en guirlandes brillantes

Fête des syllabes où renaissent les poèmes

 

Rimes de soutien à l’esprit créateur de mouvement

Et qui vibre de branche en branche, de ligne en ligne

Pour insuffler aux êtres une existence plus intense

Les laisser nous transformer, nous renouveler patiemment

 

Écrire pour entrer en contact, créer des liens

Créer des lieux de mémoire partagée, de souvenirs communs

Écrire pour offrir quelque chose au cœur de la pauvreté

Un virtuel qui prend forme en quelques lettres serrées sur du papier

 

Une question d’existence, recherche d’une pensée

Accepter l’inacceptable sans vivre à fleur de peau

Et oser voir, rire, chanter, aimer

Opposer la résistance des mots à l’avalanche des maux.

 

 

Laurence 15/02/2014 après avoir été rejetée d’une paroisse algéroise

 



16/02/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres