Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

guillaume Soro démissionne en cote d'ivoire

Christian Bouquet est professeur de géographie politique et du développement à l’université Bordeaux III. Il a écrit plusieurs ouvrages sur différents pays d’Afrique subsaharienne dont Côte d’Ivoire : Le désespoir de Kourouma (Armand Colin / août 2011) et Géopolitique de la Côte d’Ivoire (SPM-Lettrage / juin 2011).

Guillaume Soro, l’un des hommes forts de la crise qui a secoué la Côte d’Ivoire au cours de l’année passée, vient de démissionner. C’est un tournant de l’histoire agitée de ce pays qui se tourne. Alassane Ouattara a-t-il les moyens de sortir le pays des éléphants de dix ans de guerre civile ?

Atlantico : Guillaume Soro, le premier ministre d’Alassane Ouattara, a présenté jeudi la démission de son gouvernement au président ivoirien. Que veut-dire ce changement majeur à la tête du pays ?

Christian Bouquet : Cette démission était attendue : Alassane Ouattara avait promis de confier le poste de Premier ministre à un membre du PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire) de Henri Konan Bédié suite à leur alliance au second tour de la présidentielle. S’il n’avait pas encore tenu sa promesse, c’est parce qu’il y avait d’abord des conditions sécuritaires à mettre en place. Guillaume Soro, en tant qu’ancien chef des rebelles du nord de la Côte d’Ivoire, semblait être l’homme de la situation pour régler cette situation.

Le 14 décembre dernier, les élections législatives ont permis la mise en place d’une nouvelle Chambre des députés. En général, dans cette situation, un remaniement ministériel est attendu. D’où la démission jeudi dernier du Premier ministre Guillaume Soro et de son gouvernement.

On pourrait jouer sur les symboles : on s’attend à ce que le remplaçant de Guillaume Soro soit l’actuel ministre de la Justice, Jeannot Kouadio Ahoussou. Un guerrier qui part, un juge qui arrive … l’image serait belle. Dans les faits, ce n’est pas aussi parfait : la situation sécuritaire n’est pas encore rétablie.

Alassane Ouattara doit avoir le sentiment que les choses vont mieux et que la Côte d’Ivoire est prête à entrer dans une nouvelle étape de la reconstruction politique du pays. Le nouveau gouvernement devrait lui permettre de mettre en place son programme, notamment sur les plans économique et social.

 

" nous rencontrons ici en algérie, de nombreux demandeurs d'asile ivoiriens qui craignent encore de retourner chez eux. la paix ne veut pas dire cessassion des règlements de compte! Cela prendra du temps. les vrais réfugiés travaillent dur, logent dans des carcasses de maison, attendent des nouvelles de leur famille, nous rencontrent pour partager leur souffrance et leur espérance. ils et elles veulent continuer à construire leur vie et celle de ceux qu'ils et elles ont laissé au pays. les autres hélas, plongent dans les nombreux trafics qui, le pensent-ils, vont leur apporter la fortune qui les aidera à passer en europe! là où le vie est si douce, et l'argent facile à gagner....rêve...."laurence



11/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres