Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

Le pas de Frida (merci jean François)

Le pas de Frida

Le pas démesuré de Frida. Ce pas imposé par sa volonté et qui m’impose son rythme. Le pas de Frida porte toute l’Afrique ; ce pas c’est sa course, sa danse. Ce pas, puis un autre, vers ce bout du couloir, vers ce jour éclatant de sève et de soleil. Ces pas glissés de patineur, sans effort musculaire, puisque de muscles plus guère. Ce couloir aux allures de Sahara, le bras de Frida sur mon épaule de passeur.

La voix de Frida. Sa voix menue et frêle sous le poids des mots, sous le fardeau des maux. Ce filet de voix qui encourage son pas timoré et questionne notre absence. Sa voix comme réfugiée au-delà des frontières, en terres inconnues. Une voix parmi les sans voix, jusqu’à mendier l’asile, nouée dans ses propres cordes. Ce chant de chaines et de sang, murmure de continent blessé.

Ce pas qui nous devance. Cette voix sur nos silences. Parce que cet autre bruit de bottes, parce que ces autres cris des pierres.

Jf

 



23/11/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres