Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

nouvelles de Tanzanie! d'un Père Blanc M.Afr.

                                                                                         Mars 2011

 

Paix et Joie en Jésus,

 

Quelques semaines avant les fêtes de Pâques, c’est donc le moment de donner quelques nouvelles. Je réside toujours dans la mission de Kasamwa dans le diocèse de Geita, en Tanzanie du Nord Ouest, une paroisse qui comporte une trentaine de villages.

            A la suite de notre déménagement sur notre nouveau site paroissial, nous continuons de nous installer. Par exemple, nous avons établis divers travaux de finition de notre maison, et puis aussi la mise en place d’une installation électrique puisant l’énergie du soleil. C’est un investissement assez lourd mais qui devrait être amorti assez rapidement. Le réseau électrique local est en pénurie en raison des faibles pluies cette année, et les abonnés sont rationnés. Nous avons donc préféré l’autonomie ! Par ailleurs, nous nous préparons à la construction d’une nouvelle église, qui devrait pouvoir contenir 900 personnes. Notre installation solaire devrait pouvoir pomper toute l’eau nécessaire pour cette construction ! Nous avons un puits sur notre propriété, suffisant à cet effet.

            Voila pour ce qui concerne le matériel. Coté effectifs, notre communauté subit maintenant des modifications importantes. Notre confrère canadien Jean est bien rentré à la suite d’un congé prolongé chez lui au Canada, mais notre confrère indien, Biju est maintenant appelé à servir dans une communauté en Inde, et pour le moment il n’est pas remplacé. Nous allons donc poursuivre avec cette équipe de deux prêtres, Jean et moi-même, épaulés il est vrai par un jeune stagiaire kényan très actif, Robert. Entre autres choses, Robert visite très fidèlement les cinq écoles secondaires présentes sur la paroisse afin de donner régulièrement des cours de religion aux étudiants.

            Mes activités pastorales consistent principalement en la préparation et célébration des sacrements, visites dans les villages et animation de divers groupes paroissiaux. Les jeunes de la paroisse se préparent actuellement à un pèlerinage annuel, qui a lieu le samedi et dimanche des rameaux. Ils viendront des quatre coins de la paroisse et se réuniront au centre paroissial pour une veillée de chants, de prières, d’enseignements et d’animations variées. Habituellement, ils sont très nombreux à participer à ce genre d’évènements, nous attendons entre 500 et 1000 personnes ! C’est une occasion très importante pour le renouvellement et l’affirmation de la foi chez les jeunes de notre paroisse. Je continue par ailleurs de gérer les finances de la paroisse.

            Lorsque le temps me le permet, je poursuis la collecte de proverbes locaux. Avec l’aide d’un catéchiste, nous rédigeons un ouvrage de proverbes dans 9 langues différentes. Cette fois, j’envisage une traduction en français. Il reste encore beaucoup à faire mais une petite partie de ce travail, à savoir des commentaires spirituels sur des proverbes africains, est déjà disponible sur les sites Internet que je mentionne en fin de cette lettre.

            Ici en Tanzanie, nous sommes maintenant en fin de la saison des pluies. Mais cette année les pluies n’auront pas été suffisantes. Beaucoup de maïs n’a pas pu mûrir, et il n’y a presque pas de riz. Le coton a beaucoup mieux résisté, mais les bas prix de l’an dernier ont été dissuasifs : peu d’agriculteurs en auront planté, c’est dommage puisque les prix pourraient bien maintenant presque doubler ! Notre région va souffrir, mais d’autres régions souffriront encore davantage. Les tubercules et racines telles la patate douce et le manioc vont être importantes. Ces plantes résistent bien aux périodes de sécheresse, mais les habitants ont du mal à s’investir dans ces récoltes : elles n’ont guère la cote dans l’assiette.

            L’avenir semble bien incertain : notre planète doit faire face à de graves troubles politiques en Afrique du Nord et au Proche Orient, et puis à des catastrophes naturelles toujours plus graves et plus fréquentes. En Tanzanie nous n’avons ni troubles politiques ni catastrophes naturelles de grande envergure. Mais notre pénurie en pluviométrie et l’augmentation des prix et de l’inflation ne sont pas des bonnes nouvelles. J’ai un peu le sentiment que nous entrons dans un carême qui pourra pour certains durer très long. Espérons tout de même que ce temps de crise aura une fin. Au fond n’est-ce pas aussi le message de Pâques ? Il s’agit en effet d’un temps de passage d’une période troublée vers la célébration dans la joie et l’espérance d’une certitude que rien ne peut nous enlever : la souffrance et la mort n’auront pas le dernier mot. 

 

            Bien fraternellement,

 

Pascal

 

Père Pascal Durand                             Missionnaires d’Afrique        



03/04/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres