Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

nouvelles du FSM

 

En revoyant la  marche d’ouverture à Tunis 2013, peut-être que ce fut l'un des évènements les plus forts de ce FSM pour moi!

Tous ensemble dans la bonne humeur, sans aucun débordement apparent, dans une ville de Tunis paralysée par notre marche, venant du monde entier simplement là pour dire que d'autres "possible" sont envisageables!

Chacun libre de son vêtement, de sa banderole, de son chant ou de son silence (merci Karine pour le Sinaï!) comme de son cri!

 

Et puis, cette longue ligne de fraternité qui croit encore que quelque chose reste à faire pour améliorer ce monde!

Et de toute religion, c'est bien d'ailleurs ce qui relie....qui est en question! ET non ce qui sépare, exclue, isole!

 Apprendre à nous connaitre, à nous comprendre, à nous apprécier dans nos différences, dans nos couleurs! Les banderoles donnaient le ton!

 

La ronde des ateliers : choisir, chercher, marcher (encore), zigzaguer entre les stands, trouver la bonne salle, s’installer…écouter, réfléchir, réagir,  prendre la parole si nécessaire à l’avancer du débat….

Les rencontres entre les ateliers : dans le métro les jeunes tunisiens ont besoin de parler ! D’autres nous regardent amusés, d’autres encore indifférents…genre d’espèce mammifères rêveurs qui se jettent à l’assaut d’un monde qu’ils espèrent encore pouvoir sauver !!! Un jeune étudiant Congolais en profite pour créer une animation dans son groupe en faveur de la paix en RDC ; une jeune artiste Camerounaise venue préparer une pièce de théâtre s’étonne de tout ce monde multicolore qui agite la capitale tunisienne : « C'est  « koi » un FSM ? »; Une enseignante du pays, ayant étudié en Algérie, parle à voix basse de la situation actuelle au pays du jasmin….

« Migration et développement » Caritas : longue attente, profonde attente ! Je retiendrai cette interpellation de Jean Pierre Cassarino, de  Return Migration and Development platform : « travaillons sur les causes de la migration ! » Si la migration est au cœur du FSM, c’est peut-être parce qu’elle n’est que l’émergence de problèmes plus terre à terre….doux euphémisme…petits jeux de mots, quand on n’a plus le droit de jouer avec les maux ! Accaparement des terres, pillage des ressources naturelles, cultures intensives pour « biocarburants polluants » et d’OGM  malades…

 

Un autre monde est possible! Accrochons nous à cette réalité, agissons, pour que les générations à venir y croient encore.

 

laurence 6/4/2013



07/04/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres