Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

paix en afrique "il est temps de passer de la parole à l'acte"

Paix en Afrique: «Il est temps de passer de la parole à l'acte

Le 20ème sommet des Chefs d’Etat de l’Union Africaine a pris fin ici à Addis Abeba en Ethiopie. Les principales organisations de la société civile (OSC) ont demandé, selon ce communiqué de presse, aux dirigeants Africains de traduire leurs paroles en actions décisives pour assurer une paix durable sur le continent, et favoriser un développement durable pour leurs populations.

«Mr Dismas Nkunda de l’Initiative Internationale pour le Droit des Refugiés IRRI a dit: “ Nous saluons les remarques importantes du président sortant Yayi Boni, président du Bénin, au début du sommet des chefs d’état dans lesquelles il appelait les dirigeants africains à prendre des actions décisives et rapides pour intervenir et prévenir les crises. Nous avons aussi pris acte des délibérations de l’Union et de la déclaration sur le Mali qui a suivit.»
Puis M. Nkunda a poursuivi en disant: “ Nous sommes cependant concernés par le manque de suivi des actions, et l’arrêt des pourparlers visant à endosser le Cadre de Coopération et de Paix Sécurité pour résoudre les causes structurelles des cycles de violence récurrents dans la région des Grands Lacs est aussi un sujet de préoccupation. L’Union Africaine doit agir face à l’aggravation des crises humanitaires au Mali et en RDC, y compris en renforçant les troupes africaines dans ces deux pays.

La Coalition - State of the Union - note avec une profonde préoccupation que lors de cette rencontre, seuls la Tunisie, le Sud-Soudan et la Somalie ont signé la Charte Africaine de la Démocratie des Elections et de la Bonne Gouvernance au cours de ce sommet. Cela porte le nombre total des pays qui ont signé à 44, mais seulement 17 d'entre eux ont ratifié la Charte. «C’est une indication claire que nos dirigeants ne sont toujours pas sérieux concernant la consolidation de la gouvernance démocratique sur le continent, le respect de la primauté du droit, l'action positive en faveur des groupes traditionnellement marginalisés, la paix et la stabilité du continent et un récit plus progressiste en faveur de l'Afrique» affirme la coordonatrice de la coalition SOTU Jamillah Mwanjisi.

Lors de ce sommet, l’ONG la Solidarité pour le Droits des Femmes Africaines SOAWR, a rencontré plusieurs délégations de haut niveau de 18 pays qui n'ont pas encore ratifié le Protocole de Maputo, qui est le protocole de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, ainsi que des Droits des Femmes en Afrique. Parmi elles, le Sud-Soudan, le Niger, le Tchad, la Sierra-Leone, la Somalie et l'île Maurice ont donné un signal fort de leur désir de ratifier bientôt le Protocole de Maputo.

Les évènement les plus marquants pour les OSCs présentes à Addis, c’est la tenue d’une part d’une exposition de photos au cours du sommet pour mettre en évidence le coût des conflits au Mali et en RDC, et d’autre part, l’Union Africaine a versé 50 millions de dollars au titre de contribution financière à la Mission Internationale de Soutien au Mali (MISMA). Une conférence des pays donateurs a été également organisée juste après le sommet comme moyen d'appui nécessaire à la mobilisation en faveur du peuple malien. Si les quelques 455 millions de dollars promis à cette conférence sont rapidement déboursés, ce sera une contribution appréciable pour le déploiement de la MISMA.

En cette année du Jubilé d’or, nous espérons que les dirigeants africains verront la nécessité d’agir pour sortir le peuple de ce continent de la pauvreté, des conflits, de l'injustice et de l'insécurité.»



02/02/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres