Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

petites expèriences au Kenya

De passage dans ce riche pays tant par sa culture que par la créativité de ses habitants, je vous retrouve pour un petit partage de rencontres qui m’enrichissent aussi !! Je n’oublie pas non plus que les populations de nord souffrent famine, et que le plus grand camp de réfugiés se trouve ici. Notre monde est fait de ces paradoxes ! Ce qui lui manque ? De petites éclaircies, des moments d’espérance et de sincères rencontres, gratuites, bref d’un peu d’amour chaque jour, pour chaque personne !

Nous avons bénéficié d’une journée de détente/découverte pendant laquelle j’ai pu voir les mains d’un potier tenir la terre et lui donner vie comme au temps de la genèse. La justesse des gestes, la douceur du contour, la rapidité et la dextérité du couteau, donnaient force à des objets qui traverseront le monde. Un regard humble, un sourire timide et préoccupé de l’œuvre, un accueil silencieux mais encourageant.

Plus loin une femme devant son métier à tissé. Un tapis de perles, une trame de macramé, un jeu de couleur pour habiller le lit d’un enfant que l’on devine endormi, paisible. Heureusement les tout-petits ne s’encombrent pas encore des problèmes que nous autres adultes nous confectionnons comme nous pouvons créer du beau, du juste, du merveilleux. Lui, elle, tout petit, entendrons encore l’une ou l’autre berceuse en swahili couvert de ce rideau d’art !

Et enfin Hannah, d’abord timide commerçante d’objet artisanaux et qui s’éveille en partageant l’histoire de sa famille. Elle travaillait comme domestique chez un grand quelqu’un, grand travail et petite rémunération. Son frère, une de ses sœurs, se sont mis à récupérer des objets, des plastiques, des coques de fruits pour en réveiller l’essence et reprendre vie entre des mains agiles et créatives ! Colliers de plastique et de papier mâché et boucles d’oreille de coque de coco, une merveille sous nos yeux ! Et elle de quitter son emploi pour se mettre au service de cette petite entreprise familiale.

L’être humain capable de telles beautés dans un monde où la guerre et la violence voudraient avoir le dernier mot ? Je vois que tout n’est pas perdu et que ce sourire évoquant la capacité créatrice de sa famille avec une fierté non feinte et bien légitime est aussi l’empreinte de ce siècle !

                                                                                             

                                   22 novembre 2011, veille du 23, Nairobi Kenya, laurence pour Hannah



22/11/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres