Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

Tara, le bateau scientifique acoste à alger!

EXPEDITION SCIENTIFIQUE TARA OCEAN ESCALE A ALGER

 

Tara Océan, une aventure scientifique de trois ans qui a commencé le 5 septembre d'Orient pour le tour du monde…

A Alger…nous y étions ! Visite du bateau, accueil tout simple par les scientifiques, explication du fonctionnement de machines complexes et toutes petites, présentation des objectifs de la mission…le sentiment de vivre quelque chose d'important , de mondial par ces enjeux, en rade d'Alger…

 

D'après le site de l'expédition

Présentation

Depuis 5 ans, Tara, avec à sa tête Etienne Bourgois et comme partenaire principal agnès b, réalise des expéditions en faveur de l'environnement.
En mai 2009 Tara a changé de statut et est devenu un Fonds de dotation, structure à but non lucratif.

Le fonds de dotation Tara a pour objet de financer les recherches scientifiques françaises relatives à l'impact du réchauffement climatique sur les écosystèmes, de sensibiliser le grand public aux questions environnementales et de diffuser les données scientifiques à des fins éducatives.

Actuellement le Fonds Tara organise l'expédition Tara Oceans qui est parti le 5 septembre 2009 et parcourra les mers du globe. Le Fonds tentera d'apporter des réponses aux questions climatiques et notamment d'approfondir notre connaissance de la biodiversité marine. Cette expédition durera trois ans et explorera les océans afin d'en étudier le plancton et de comprendre son impact sur le climat de la planète.
À travers cette expédition, Tara veut informer le public du rôle crucial des océans et de l'impact du réchauffement climatique.
Avec le consortium scientifique Tara Oceans, Tara souhaite renforcer la conscience environnementale ainsi que les connaissances scientifiques du public et notamment des enfants.

Dans le domaine de la préservation de l'environnement, le Fonds Tara est en relation avec le Fonds agnès b dont la création est également toute récente.

 

Résumé

Il n'y a aujourd'hui aucune équivoque : le réchauffement de la planète se produit à une vitesse 100 fois supérieure à ce que les études géologiques avaient supposé. La majeure partie (>50%) de la production primaire de biomasse globale se produit dans la couche océanique superficielle de moins de 200 m (la zone photique) et cela détermine également la plupart des cycles planétaires des éléments qui interviennent dans la régulation du climat. On pense que les acteurs essentiels de ces processus sont les protistes planctoniques, qui produisent de l'oxygène et recyclent le dioxyde de carbone. Cependant, les protistes sont incorporés dans un réseau d'organismes allant des virus aux larves de poisson, et les chaînes alimentaires dynamiques complexes que forment ces organismes restent en grande partie inconnues.
TARA OCEANS analysera les écosystèmes du plancton en relation avec les conditions physico-chimiques de tous les océans du monde, en évaluant leur adaptation et leur réaction face à un système planétaire en évolution rapide. Des projets de grande ampleur en génomique et métagénomique associés à de nouvelles méthodes d'imagerie à haute résolution et haut débit permettront des études quantitatives des écosystèmes planctoniques et l'identification de la composition du plancton au sein de ceux-ci. Des analyses par bioinformatique intégrative des données physico-chimiques, climatiques, d'imagerie, et de génomes, obtenues au cours de l'expedition, serviront à évaluer la biodiversité et l'activité du plancton dans les divers écosystèmes océaniques échantillonnés. L'ensemble des données générées par le projet sera destiné à former une base de données bio-océanographique multidimensionnelle en accès libre, qui permettra de créer des modèles prédictifs de l'évolution spatio-temporelle des écosystèmes du plancton.
Les résultats de ce projet auront des conséquences exceptionnelles pour notre compréhension de l'évolution de la vie, des cycles biogéochimiques globaux et de l'évolution spatio-temporelle du climat de la planète.

 

 

 Le bateau :

 

NAVIRE CONÇU ET BARRÉ PAR DES PASSIONNÉS DEPUIS SES DÉBUTS, C'EST UN BATEAU D'EXPLORATION ET D'AVENTURES UNIQUE AU MONDE.

 

 

Postes à bord

L'équipe internationale sera constituée de 14 personnes réparties en 7 cabines. Les rotations d'équipage auront lieu tous les 3 mois, celle des scientifiques auront lieu tous les mois.

Quelques données récoltées, quelques informations :

 

-          Le gyre de Gibraltar.

Cette semaine nos prélèvements ont été organisés en fonction d'un phénomène assez mystérieux : un gyre, c'est à dire un tourbillon au large de Gibraltar.

A cet endroit, les eaux de l'Atlantique s'infiltrent par le détroit et suivent la côte africaine. Inversement les eaux méditerranéennes sortent vers l'Atlantique le long du littoral espagnol. Il en résulte des courants contraires qui forment un tourbillon.

Ce gyre mesure une centaine de kilomètres et peut être repéré par satellite.

 

-          Les conférences

Vous vous demandez peut-être à quoi servent nos escales… : à faire le plein de vivres et de carburant bien sûr, mais aussi à sensibiliser le grand public, les jeunes et les scientifiques aux enjeux de notre expédition.

 

-          Que cherchons nous ?
 
Nous cherchons le minuscule, le méconnu, la base de la chaine alimentaire des océans du monde : les espèces qui constituent le plancton.
Oui, parce que le plancton, ce n'est pas une espèce en soi. Ce terme vient du grec planktos, qui signifie « dériver ». Le plancton c'est un ensemble d'animaux, de « plantes », de virus et de bactéries qui se laissent dériver dans les courants marins.

A bord, nous sommes équipés de plusieurs pièges à plancton : des filets et des filtres qui permettent de trier les organismes en fonction de leur taille et de les récolter séparément. Nous nous intéressons à 4 catégories :

-   Le phytoplancton. Généralement ce sont des organismes unicellulaires (1 seule cellule !) qui se développent en transformant l'énergie du soleil en matière vivante grâce à la photosynthèse, comme les plantes! (même si ce n'en sont pas au sens propre du terme).
   - Le zooplancton. Des animaux pluricellulaires et unicellulaires qui se nourrissent notamment du phytoplancton.
  -  Les bactéries. Des organismes unicellulaires qui décomposent tous les déchets, les cadavres, les détritus des autres organismes qui flottent dans la mer.
  - Les virus. Ce sont les plus mystérieux. La communauté scientifique est même partagée sur le fait de les classer dans le vivant ou dans le non-vivant. Ils ont besoin de « contaminer » d'autres organismes, de la plus petite bactérie au plus gros des poissons pour se reproduire.

 



25/09/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres