Perles d'Afrique

Perles d'Afrique

Une petite lumière rouge...

D'une main tremblante elle la pose sur le pied en fer forgé

Elle est allée s'assoir au fond, sur un banc de bois vieilli.

Les yeux fermés elle devine la petite flamme briller

Des larmes coulent de ses yeux ridés et alourdis.

 

Dans le flou de sa vie versée en gouttelettes noircies

Elle contemple la petite lumière rouge qui danse

La route a blanchi les mèches sur son crane endurci

Elle ne peut revenir au pays des joies de son enfance.

 

Lui, le Maître des lieux, peut-il encore accueillir sa douleur ?

Daignera-t-il se pencher vers cette fine clarté ?

Pourra –t-il oublier l'autre lumière rouge allumée

Au dessus d'une bâtisse où elle se donne sans le cœur ?

 

Partir. S'ils savaient les nuits d'errance ceux qui calomnient

S'ils connaissaient la peur qui saisit et l'âme et le corps 

Quand la sueur d'un homme inconnu vous réduit

A n'être qu'une chose, celle qui a tous les tords !

 

Pour survivre, pour manger et ne pas crever comme bête !

Supporter  la lampe qui brille au dessus de vos têtes

Et enfin revenir, un jour de pluie sur la colline prés d'une Mère

Faire scintiller une petite lumière rouge refuge auprès du Père.

 

Femmes levez-vous ! Le jour est à vous !

Ouvrez nos yeux sur l'infortune de vos migrations !

Quand donc le mâle deviendra-t-il homme et non pas fou!

Respectueux de la femme sans en prendre possession?

 

 

4 juin 2011 laurence

 



04/06/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres